Montréal… La destination privilégiée des étudiants étrangers.

Selon une étude réalisée par Bank of Communications en 2013, la ville de Montréal, se classe comme étant, la ville la plus privilégiée par l’ensemble des étudiants étrangers au Canada, vient par la suite quelques régions comme les villes de : Toronto qui se classe en 4ème position, et la ville de Vancouver qui se réserve la 15ème place dans le positionnement relatif à ce propos.

Si la région montréalaise est au premier rang, cela s’explique par différents avantages que livre la ville au profit des étudiants étrangers installés sur cette zone. Parmi ces avantages, on récite la qualité de l’éducation fournie dans la ville à des coûts abordables, comparativement à d’autres villes ou pays. On cite également le retour financier, qui se manifeste par les multiples opportunités d’investissements qui s’offrent aux ressortissants étrangers. De plus le marché de l’emploi à Montréal est loin d’être sélectif, seules les compétences personnelles ont leurs derniers mots à dire dans le processus de recrutement sur la région. Montréal, c’est aussi un milieu de vie multiculturalisme, ouvert à toutes catégories & origines.

Il est jugé important de signaler que sur les 80 villes qui ont fait l’objet de cette étude, la ville de Montréal s’est classée à la 6ème place, dernière Cambridge en première place, Oxford en seconde, Londres en troisième place, Séoul en quatrième, et Pékin en cinquième place.

Montréal… Une région où il fait beau à vivre.

La ville offre une qualité d’enseignement d’une densité supérieur, à des frais universitaires très abordables, sans oublier le coût de vie qui se nuance sur toute la région par son coût bas.

Notant que pour la catégorie des retours éducatifs, aucune ville américaine incluse dans le projet de cette étude n’est arrivée au top 10, et ce, à cause des frais universitaires trop excessifs, pratiquement pour les programmes de Bachelor’s (Licence).

Du coté financier, et toujours en se référant à cette étude, aucune ville canadienne n’a atteint le top 30, ceci s’explique par les taxes peu élevées applicables au canada. En ce qui concerne les Etats-Unis, la liberté financière semble être étouffée par les règlements excessifs en ce qui concerne le blanchiment d’argent et la législation anti-terrorisme.

En ce qui concerne le facteur immobilier, les sous-index des retours en ce domaine, ont classé 3 villes canadiennes au top 30 des villes participantes à ce sondage. Ces villes sont : Toronto en 4ème place, Montréal en 12ème et Vancouver en 13ème. Pour le premier rang, et grâce à son marché immobilier très élevé, C’est Hong-Kong qui l’a occupé.

Généralement le marché immobilier sur les villes canadiennes s’est bien positionné dans cette étude, grâce à sa performance, ainsi que les diverses possibilités d’investissement qu’offre ce dernier aux investissements étrangers.