Le père de la famille Syrienne qui a fait la une des médias dans le monde, est rentré à Kobané (ville du nord de la Syrie), pour inhumer les 3 membres de sa famille noyés. Le 1er rôle de ce drame à été légué au petit fils d’Abdullah, 3 ans, dont la photo a parfaitement su comment faite taire les bavards dans les 4 coins du monde.

Abdullah Kurdi, est arrivé à la ville frontière Turque de suruc, à la main, 3 corps sans âme. Aylan le petit (3ans) son frère (5ans) et leur mère (27 ans). La famille tentait de quitter la Turquie vers la Grèce, pour joindre après la frontière et gagner la ville de Kobané.

Teema Kurdi, membre de la famille noyée, est installée au Canada à Vancouver il y a plus d’une vingtaine d’années, elle indique avoir monté en mois de janvier un dossier d’immigration, sous titre des programmes de réfugiés en vigueur au pays, mais en vain. Elle indique à ce propos : «J’avais essayé de me porter garante, aidée par des amis et des voisins pour les garanties bancaires, mais on n’a pas réussi à les faire sortir» ; Le dossier a donc été refusé par le service de l’immigration Canadien, en raison de la complexité des demandes d’asile en provenance de Turquie.

Après l’apparition de la photo du petit Aylan Kurdi noyé à la une des médias, plusieurs responsables Canadiens ont été interrogés… Le ministre canadien de l’Immigration, M. Chris Alexander avait indiqué pour sa part, que le total des réfugiés a spectaculairement  augmenté depuis le début de la crise dans le monde, et encore plus avec la situation de guerre en Syrie.

Le ministre avait assuré que près de 2500 réfugiés Syriens avait été accueillis au Canada en cette année, à travers le programme du gouvernement en ce sens ; Malgré ces déclarations, le refus de la demande d’immigration de la famille Kurdi a fait bouger plusieurs intervenants au Canada.