Le Canada compte accélérer les procédures d’accueil des réfugiés Syriens, sans générosité dans la cible.

Le ministre de la Citoyenneté et de l’immigration du Canada, M. Chris Alexander, a clairement manifesté son soutient à l’accélération des procédures d’accueil des réfugiés Syriens, tout en soulignant que la partie des conservateurs ne prévoit pas une augmentation dans l’objectif ciblé à l’heure actuelle.

Un grand débat tourne autour du nombre de réfugiés Syriens qu’il faut accepter au Canada, d’une part les libéraux proposent de parrainer 25 000 personnes d’ici la fin de l’année, d’autre part, les néo-démocrates proposent 46 000 réfugiés, sur une période de cinq ans. Pour la partie des conservateurs, pas de changement, le nombre restera à 20 000 réfugiés Syriens.

Le gouvernement Harper, s’est engagé en mois de Janvier de l’année courante, d’accueillir près de 10 000 réfugiés, sur une période de 3 ans, juste après cette décision, plus précisément lors de la compagne électorale, le chef conservateur a dévoilé son engagement pour accueillir 10 000 réfugiés de plus d’ici 4 ans.

Actuellement le Canada a chiffré en mois d’Août la réception de près de 2374 réfugiés Syriens, ce nombre regorge 1300 personnes qui ont été accueilli dans le cadre d’une première cible fixée par le ministère de l’immigration en 2013. Soit 1074 personnes sur un objectif de 10 000 personnes que le gouvernement comptait recevoir.

« Nous pensons très fermement qu’il faut accélérer l’accueil des réfugiés syriens au Canada… On a réduit la longueur des enquêtes, on a réduit les temps de traitement des applications, il faut faire plus » affirme Chris Alexander, tout en rappelant qu’il y a presque 4 millions de Syriens qui ont quitté leur pays depuis de début de la guerre. Ceci exige un devoir vis-à-vis de l’humanité, mais d’un autre côté une grande alerte de la part du gouvernement pour éviter toute menace terroriste sur le terrain.

Les conservateurs pour leur part, appuient également les actions humanitaires que le Canada mène, mais exigent que celles-ci soient accompagnées d’autres actions miliaires pour assurer la sécurité sur le territoire. D’après M. Alexander, il faut travailler dans ce sens sur 3 niveaux, des missions militaires contre le terrorisme, des missions humanitaires pour soutenir les réfugiés, ainsi qu’une accélération administrative pour stabiliser la situation des deux côtés sans lacunes.

Le ministre collabore avec plusieurs organisations de parrainage de réfugiés à travers le Canada, afin de discuter les meilleures solutions possibles, pour faire face à la crise des migrants actuelle… « On essaie d’accommoder et d’accueillir le plus grand nombre de réfugiés de la façon la plus efficace, et c’est surtout les vols commerciaux qui sont choisis », avait-il expliqué.

 

Source : www.ici.radio-canada.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*