L’image d’Aylan, le petit Syrien retrouvé mort, le visage contre le sable, dans une station balnéaire en Turquie, a fait polémique dans les quarte coins du monde. Une prise qui a choqué la planète et a fait également réagir plusieurs patries. Les Québécois pour leur part, ne se sont pas arrêtés là, ils ont proposé avec courage, d’aider plusieurs familles Syriennes à immigrer au Canada.

Plusieurs entrepreneurs ont pris l’initiative de se mobilier dans ce sens, dont M. Pierre Tremblay de Berthierville, qui a dévoilé avec toute sincérité que la photo du petit Aylan été l’élément déclencheur « J’ai des enfants de cet âge et ça m’a profondément choqué. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose» rajoute t’-il.

Le père de famille avait donc contacté le ministère de l’Immigration au Québec, ainsi que l’association Action Réfugiés de Montréal, en gage de savoir les possibilités de parrainage d’une famille entière. M. Tremblay n’est pas le seul à prendre cette initiative : «Depuis ce matin, on a des appels de partout, des gens qui disent qu’ils veulent aider. Il y a vraiment une réaction émotive face à la situation», constate Paul Clark, président de l’organisation.

A ce niveau, il est important de souligner que généralement, les démarches administratives, pour faire venir des familles Syrienne au Canada, sont toutefois longues et très coûteuses, les familles doivent être parrainées par une association spécialisée, ou bien via l’intérimaire des résidents sur place. Le montant requis pour une personne avoisine les 12 000 $, reversé au fur et a mesure de l’année.