Réfugiés Syriens : Saskatoon se divise en deux !

Plusieurs habitants de la région de Saskatoon se sont manifestés, pour demander au gouvernement Canadien d’être plus généreux, et d’agrandir au maximum le nombre des Syriens que le pays compte accueillir. En revanche, une autre tranche a malheureusement perturbé le déroulement de cette manifestation, qui s’est déroulée à la place Civic Square, sise près de l’hôtel de ville, en clamant que les réfugiés Syriens « doivent rentrer à leur pays ».

« Y‘a plus de huit millions de Syriens qui sont déplacés en ce moment puis le Canada a accepté 2300 réfugiés ces derniers deux ans, puis ont demande au gouvernement Canadien d’accepter plus que 10 000 réfugiés Syriens », explique la Dre Mahli Brindamour, organisatrices de l’événement.

Il existe des Syriens qui habitent au Canada depuis un bon nombre d’années, et qui désirent tout simplement faire parrainer les membres de leur famille. Mais les processus d’accueil prennent au minimum 2 ou trois années, ce qui est tout simplement trop long rajoute t-elle.

Plusieurs organisateurs de la manifestation ont été choqués par la réaction de quelques passants, qui refusaient en criant l’accueil des réfugiés Syriens dans leur pays. C’est d’ailleurs le cas de Mme Sylvia Mcadam, fondatrices du mouvement Idle No More… « Je suis bouleversée parce qu’en tant qu’autochtone nous sommes victimes de ce type de racisme et de voir ça ici c’est horrible! » déclare t’elle.

Généralement chacun est libre de s’exprimer comme il lui semble juste, le plus important c’est le respect des différences, ainsi que du symbole de la paix. C’est ce qui dévoile Mme Doha Kharsa, une réfugiée Syrienne qui s’adressait à la foule : « Cette guerre nous ne l’avons pas crée, les réfugiés ne l’ont pas créée, nous n’avons pas le choix de laisser notre pays et de venir ici… Les réfugiés ne sont pas en sécurité, ils font face à la mort chaque jour. » Note t’elle.

Saskatoon, et comme toutes les régions Canadiennes, connaît des manifestations pour et contre l’accueil des réfugiés Syriens sur ses terres… Sauf qu’il faut se rappeler que la vie est un droit universel.

A suivre.

 

Source : www.ici.radio-canada.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*